Le Réverbère
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Short Nike Sportswear Club pour Homme
14.97 € 29.99 €
Voir le deal

Le trouble bipolaire

Aller en bas

Le trouble bipolaire Empty Le trouble bipolaire

Message par Kharo Dim 31 Mar 2013, 12:37 am

QU'EST-CE QU'UN TROUBLE BIPOLAIRE?
Il y a généralement 3 états au trouble bipolaire : la dépression et la manie toutes les deux alternées par des périodes de stabilité. C’est le psychiatre Jean-Pierre Falret qui est le premier à avoir amené le concept de « cycles » dépressifs et maniaques entrecoupés par des périodes de stabilité. Avant cela, la manie et la dépression étaient traitées séparément. Au fil des années, l’intuition des spécialistes s’est confirmée et ils ont réalisé que ces états de dépression et d’euphorie se succédaient. Ils ont donc décidé de les réunir en une seule et même maladie.

C’est Emil Kraepelin, un psychiatre allemand, qui est arrivé avec le terme de « maniaco-dépression ». En premier lieu, on appelait ce trouble la psychose maniaco-dépressive. Avec les années, le terme psychose fut retiré, car c’est un trouble de l’humeur qui comporte rarement des hallucinations et des délires. Puis, on remplaça le terme « maladie maniaco-dépressive » qui avait pris place pour trouble bipolaire à cause de la connotation négative que suggérait le terme « maniaque ». Le terme « bipolaire » signifie donc « à deux pôles » qui sont dans le cas qui nous concerne la manie (les highs) et la dépression (les downs).

Le trouble bipolaire est généralement divisé en 3 grandes catégories : le type I, le type II et la cyclothymie. C’est une maladie qui présente des périodes de dépression grave suivies de périodes d’euphorie ou d’irritabilité (sans que la consommation de drogues ou d’alcool ne soit en cause). Les symptômes dépressifs ressemblent à ceux de la dépression majeure (qu’on appelle aussi dépression unipolaire) telle qu’on la connaît. En période de manie, le malade peut être proactif, échafauder mille et un projets, avoir besoin de peu de sommeil et avoir une estime de soi démesurée ou des idées de grandeur. Il aura aussi une incapacité à fixer son attention sur un sujet en particulier, se dispersant dans tous les sens et exprimant ses idées dans un débit très rapide, voire incompréhensible et difficile à suivre pour la personne qui l’écoute. Cela va au-delà de la simple bonne humeur, il a des buts qu’il veut atteindre coûte que coûte et acceptera mal la contradiction ou qu’on lui remet les pieds sur Terre.

Les personnes atteintes du type I ont des épisodes maniaques et dépressifs, ceux du type II ont beaucoup plus d’épisodes dépressifs et une forme de manie plus légère qu’on appelle l’hypomanie qui conduit à des comportements hyper adaptés pour la société de performance dans laquelle nous vivons. La cyclothymie, quant à elle, est une forme plus légère de la maladie avec les mêmes highs and downs mais dans une proportion moins impressionnante que les autres types de bipolarité.

QUELLES SONT LES CAUSES DU TROUBLE BIPOLAIRE ET QUI EST ATTEINT?
Tout le monde vit des bas et des hauts dans la vie, mais les bas et les hauts du trouble bipolaire vont au-delà des fluctuations normales de l’humeur d’un individu. Le diagnostic du trouble bipolaire tombe généralement vers l’âge de 20 ans, mais il est possible qu’il soit posé bien avant si les symptômes étaient très marqués et dépassaient largement ce que l’on considère être une crise d’adolescence normale. D’ailleurs, beaucoup de psychiatres sont réticents à poser un tel diagnostic avant l’âge de 18 ans sur des jeunes qui sont encore en construction et qui se développent encore.

Le trouble bipolaire touche autant les hommes que les femmes dans un pourcentage d’1 à 4% dans la population en général. C’est une maladie qui explique sa présence chez un individu notamment par l’hérédité : le fait d’avoir un parent qui souffre de la maladie augmente les chances d’en souffrir soi-même, mais ce n’est pas une garantie. Quand les deux parents sont bipolaires, l’enfant à de 50 à 75% de chance de développer la maladie. Quand l’un des parents l’est, c’est une chance sur 4. Attention, dans tous les cas, on ne parle pas de transmission génétique, mais plus de vulnérabilité génétique. C’est cela que le parent « lègue » dans le bagage génétique de son enfant. Le risque de développer cette maladie est universel cependant, les gens appartenant à un niveau socio-économique plus élevé sont plus fréquemment touchés par le trouble bipolaire sans que l’on sache si c’est une cause ou une conséquence de la maladie. Ils sont plus créatifs, plus productifs en phase de manie ce qui leur permet de mieux réussir au plan professionnel. Plusieurs personnalités de la communauté artistique québécoise correspondent notamment à ce profil.

Autant la génétique que les facteurs environnementaux peuvent expliquer le développement de la maladie chez un individu. Une personne peut par exemple avoir déjà dans son bagage génétique une prédisposition pour la maladie mentale et la développera suite à des événements traumatiques. Pour ce qui est de la cyclothymie, les causes sont les mêmes que pour le trouble bipolaire. On note cependant qu’un pourcentage de gens atteints de ce trouble (de 10 à 15%) recevront un diagnostic de bipolarité si la gravité de leurs phases maniaques et dépressives a évolué et a pris de l’expansion.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS EXISTANTS POUR LE TROUBLE BIPOLAIRE?
Le trouble bipolaire est une maladie difficile à diagnostiquer. Les femmes ont tendance à avoir des épisodes dépressifs plus tôt dans la vie tandis que les hommes ont en général les épisodes maniaques en premier lieu. À cause de cela, chez les hommes, on peut confondre le trouble avec celui du déficit d’attention avec hyperactivité (TDAH) et chez les femmes le confondre avec une dépression majeure/unipolaire. En général, le patient vient consulter en période de dépression ce qui complique encore plus la pose du diagnostic. Mais lorsque l’on réussit à poser le bon diagnostic, on allie souvent une combinaison de pharmacothérapie et de psychothérapie, car le trouble a des origines souvent biologiques et environnementales. En général, il n’est pas recommandé de traiter un trouble bipolaire avec des antidépresseurs, ces derniers pouvant provoquer des phases maniaques chez les personnes atteintes. La bipolarité se soigne avec des neuroleptiques, des thymorégulateurs, des anticonvulsivants, des anxiolytiques et/ou des antipsychotiques. Le lithium est également une médication régulièrement prescrite.

Il est possible que d’autres troubles psychiatriques ou psychologiques accompagnent le trouble bipolaire : on appelle ce phénomène dans le jargon clinique : la comorbidité. Cela complexifie alors le traitement à donner. Cependant, à l’intérieur même d’un échantillon de personnes souffrant de cette maladie, il y a différents niveaux de gravité. Certaines personnes arriveront à retrouver un train de vie absolument normal et à bien s’intégrer dans la société malgré leur différence tandis que d’autres y arriveront avec plus de difficulté. Comme le trouble bipolaire est une maladie dont on ne guérit pas, elle doit être gérée à vie.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DU TROUBLE BIPOLAIRE?

SYMPTÔMES DE LA PHASE MANIAQUE
• estime de soi augmentée ou idées de
grandeur;
• réduction du besoin de sommeil;
• parole augmentée ou volonté de parler
sans arrêt;
• pensées rapides ou sensation d’un trop-plein
d’idées;
• distractivité – incapacité à fixer son
attention;
• recrudescence de l’activité aux plans
social, professionnel ou scolaire;
• agitation psychomotrice;
• plaisirs augmentés de façon excessive
et à haut risque de conséquences négatives
– achats, sexualité, investissements
financiers.

SYMPTÔMES DE LA PHASE DÉPRESSIVE

• humeur dépressive présente presque
toute la journée, presque tous les jours,
et ce, pendant au moins 2 semaines;
• troubles du sommeil (insomnie ou
hypersomnie);
• troubles de l’appétit avec perte ou gain
de poids;
• perte d’énergie et fatigue;
• perte de l’intérêt et du plaisir;
• ralentissement ou agitation psychomoteur;
• baisse de concentration, de l’aptitude à
penser ou indécision;
• sentiments de culpabilité;
• pensées de mort récurrentes (dans 60 %
des cas) et idées suicidaires récurrentes
(dans 15 % des cas).


Texte par Zybeline, administratrice et fondatrice du forum

Sources :
ÉTIENNE, Varda. Maudite Folle! Montréal, les Intouchables, 2009. 166 pages.

COUP DE POUCE. Troubles bipolaires : Signes et symptômes, réf. du 30 mars 2013. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

FONDATION DES MALADIES MENTALES. Le trouble bipolaire, réf. du 30 mars 2013
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

REVIVRE, Association québecoise de soutien aux personnes souffrant de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires. Le trouble bipolaire, réf du 30 mars 2013.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Kharo
Kharo
Admin

Messages : 38
Date d'inscription : 24/03/2013
Localisation : Montréal, Canada

https://lereverbere.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum